Insecticide et traitement Biologique – Savon Noir

Consultez ce lien pour plus de détail :

https://lajardiniere.ca/wp-content/uploads/2018/06/pdf-savon-noir.pdf

En vente sur notre boutique :

Refill : https://boutique.serres-sjb.com/accueil/298-boites-de-recolte.html

500 ml  https://serres-sjb.com/wp-content/uploads/2021/12/pdf-savon-noir.pdf

Le Savon noir est un savon naturel à base d’huile d’oliveet un nettoyant multi-usages pour la maison. C’est également un produit très recherché des jardiniers Bio, car il représente une belle alternative aux pesticides chimiques. Il protège les végétaux du mildiou, des pucerons, des cochenilles, des araignées rouges, des aleurodes…  Le Savon noir est un produit au pH assez basique, il a donc peu d’impact sur les plantes, mais cela rend la surface des feuilles plus alcaline, ce que les champignons et les insectes n’aiment pas. Ils éviteront ainsi, les plantes traitées au Savon noir.  Ce liquide va également asphyxier les larves et les œufs des insectes dans un film savonneux. Cela marche sans nuire aux auxiliaires de jardins, comme les abeilles, nécessaires pour avoir de belles récoltes.  Le Savon noir est efficace pour nettoyer le miellat, substance luisante, collante et sucrée, sécrétée par certains insectes comme les pucerons. Il nettoie également la fumagine, champignon à la fine croûte noirâtre que l’on retrouve sur le miellat.
Pour l’application :
Utiliser le Savon noir prêt à l’emploi (500 ml en vaporisateur) ou si vous choisissez la formule non diluée (en tube 500ml, en bouteille 1 litre ou en bidon) voici comment procéder:

Mélanger 5 cuillères à soupe de Savon noir dans 1 litre d’eau. Vaporiser généreusement pour que les plantes dégoulinent, l’eau doit s’accrocher au feuillage. Il est préférable de faire les traitements le matin ou le soir lorsqu’il fait frais et que le soleil ne tape pas directement sur la plante.

RECETTES
Parfois il est nécessaire de combiner l’effet du Savon noir à d’autres produits pour augmenter son efficacité. Dans certains cas, il faut avoir recours à certaines recettes « de grand-mères » pour étendre son champ d’action ou pour augmenter ses chances de réussite.
Formule anti-insectes renforcée
L’ail est très efficace pour traiter les maladies et les insectes comme: les acariens, les aleurodes, les pucerons, les chenilles, les coléoptères, les champignons, etc… Ainsi, le mélanger au Savon noir renforce son action. Réduisez en purée 100 grammes d’ail non épluché, ajoutez un demilitre d’eau et 1 cuillère à soupe de Savon noir. Pour plus de puissance, vous pouvez ajouter 100 grammes d’oignon.
Formule anti-insectes express (Rongeurs, Araignée rouge, acariens)
Pour un effet plus rapide et meurtrier, mélanger 2 cuillères à café de piment de Cayenne, 2 cuillères à café d’ail en poudre, 1 cuillère à café de Savon noir et 2 tasses d’eau.  Ce mélange semble être également efficace pour éloigner certains rongeurs et autres petites bêtes de votre jardin ainsi que pour vos bulbes.
Avec alcool (araignée rouge, cochenille)
Pour certains insectes plus résistants comme la cochenille, il est nécessaire d’ajouter de l’alcool 70°. Mélanger 4 cuillères à soupe de Savon noir à 1 cuillère à soupe d’alcool à friction dans 1 litre d’eau chaude. Mélanger soigneusement et laisser refroidir avant de vaporiser.                                                                                                                                   Avec bicarbonate de soude (midiu, taches noires, oïdium)
Pour certaines maladies ou champignons comme le mildiou, il est nécessaire de diluer 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude et 2 cuillères à soupe de Savon noir dans 1 litre d’eau

 

Sites et Liens Intéressants et Aidants

FACEBOOK

Si vous êtes familier avec Facebook, nous vous conseillons de vous abonner à certains groupes très sympathiques.  Des groupes où vous apprendrez des expériences des autres et où vous pouvez poser vos questions.  Sur Facebbok, faite une recherche avec le mot ‘potager’ ou ‘jardinage’ et vous vous ferez pleins de complices dans vos expériences!

Potager Québec | Facebook

Horticulture & Jardinage du Québec | Groupes | Facebook

Jardiner au Québec – Fleurs et légumes | Groupes | Facebook

Potager du débutant | Facebook

Site internet très aidant:

Marthe Laverdière, une femme d’une générosité de son savoir tout en nous faisant rire!

Capsules gratuites – Marthe Laverdière (marthelaverdiere.com)

Jardinier Paresseux : Jardinier paresseux – Tout sur le jardinage facile avec Larry Hodgson

Passion Jardins | Un réseau de jardineries canadiennes  Vous pouvez vous inscrire à leur infolettre qui est très intéressante, indante et pertinante.

Vous trouverez aussi d’exellants semenciers si vous voulez vous lancer:

Accueil – Jardins de l’écoumène (ecoumene.com)

Semence Canada – Semences de légumes, fleurs et autres

Semences Ancestrales Québec – Semences Ancestrales Québec

Explorer les réseaux sociaux!

Les gens sont HYPER généreux de partager leur savoirs!

Péparation du sol, du terreau

L’envie de manger des aliments sains pousse de plus en plus de gens à cultiver eux-mêmes leurs légumes. Si vous souhaitez vous aussi revenir à l’essence des aliments en cultivant vos propres tomates, vous devrez d’abord préparer le sol de votre potager ce printemps.

Si vous démarrer une nouvelle parcelle, sachez que les centres jardins pourront bien vous guider et il existe aussi des mélanges prêts utililsation.  Que vous jardiniez en plein sol ou en pot, il est important de bien tourner la terre afin de l’aérer et de remettre de la fertilisation, un peut de composte.

Plein soleil

La culture de la majorité des plantes potagères exige le plein soleil, soit un minimum de six heures d’ensoleillement. De plus, assurez-vous que votre potager soit situé loin des racines des arbres matures. Cependant, la présence d’une haie ou de conifères du côté nord-ouest du potager est un atout puisque de tels végétaux protégeront les légumes des vents dominants. Une superficie d’environ 36 mètres carrés (400 pieds carrés), soit 6 m x 6 m (20 pi x 20 pi) est généralement suffisante pour cultiver la majeure partie des légumes dont se nourrit une famille de quatre personnes à partir de la fin du printemps jusqu’à l’automne.

Analyse du pH

Sur le terrain, la première chose à faire est évidemment d’enlever le gazon qui recouvre la surface du sol où vous désirez installer votre potager. Cependant, avant d’y cultiver quoi que ce soit, il est souhaitable de faire l’analyse du pH – aussi appelé taux d’acidité – de la terre. Pour connaître avec exactitude le pH du sol, il est préférable d’en confier l’analyse à un laboratoire spécialisé par l’entremise d’une jardinerie. Si le pH de votre sol se situe entre 6 et 7,5, il n’y a pas lieu de vous inquiéter puisque la majorité des plantes potagères poussent bien dans une terre neutre ou légèrement acide. Toutefois, si les résultats d’une analyse révèlent que votre sol est fortement acide – dont le pH se situe en bas de 5,5 –, deux solutions s’offrent à vous. Vous pouvez y planter des végétaux acidophiles, comme les bleuets et les pommes de terre. Par contre, si vous désirez cultiver une plus grande variété de plantes, vous devez hausser le pH de la terre en y ajoutant de la chaux. Vous pouvez épandre la chaux dès ce prin – temps lorsque le sol sera re lativement sec, quelques semaines avant d’apporter le compost plus tard en mai. Je vous recommande de bien incorporer la chaux au sol pour obtenir des résultats plus rapides en vous guidant sur le tableau de la page sui vante.

Planches de culture

Un jardin potager doit idéalement être constitué de deux parties bien distinctes : des emplacements dédiés aux légumes, appelés planches de culture, et des allées nécessaires au passage des jardiniers. Afin que les plantes potagères s’enracinent profondément et qu’elles aient une production maximale, les planches de culture doivent être larges, profondes et surélevées. Chaque planche peut mesurer environ 90 cm (3 pi) de largeur – afin que le jardinier ait facilement accès au centre pour pouvoir désherber, fertiliser et récolter – sur une longueur variable. La profondeur de sol meuble d’une planche de culture doit atteindre 40 à 45 cm (16 à 18 po). Pour façonner une planche, il faut ameublir le sol existant à l’aide d’une pelle-bêche ou d’une moto-bêcheuse – louez dans un centre de location d’outillage un modèle dont les lames sont situées derrière les roues – jusqu’à une profondeur de 20 à 25 cm (8 à 10 po), puis ajouter par-dessus une quantité de terre meuble, excavée dans les allées, d’environ 15 cm (6 po) de hauteur. En ajoutant finalement une épaisseur de 5 cm (2 po) de compost à la surface de la planche, on obtient une profondeur totale de terre bien meuble allant jusqu’à 45 cm (18 po). Finalement, assurez-vous que les allées situées entre les planches sont étroites – ce qui permet de laisser un maxi mum d’espace pour les plantes – et recouvrez-les d’une épaisse couche de paillis afin d’éviter d’avoir à les désherber constamment. Les planches, quant à elles, ne seront pas recouvertes de paillis, sauf dans de rares cas.

Merveilleux compost

Il est plutôt rare qu’un sol soit mauvais au point où il soit nécessaire de le remplacer. Même les terres sableuses et les sols les plus argileux peuvent devenir en quelque temps des terres de qualité convenant à la culture de la plupart des plantes potagères. Pour y arriver, il faut ajouter du compost au sol existant. Le compost est un produit exceptionnel qui a des effets formidables sur le sol et les végétaux. Puisqu’il est riche en humus, le compost allège, ameublit et aère les terres argileuses souvent lourdes et compactes. De cette façon, il régularise la rétention d’eau de ces sols. Dans les terres sableuses, l’humus augmente la rétention d’eau et d’éléments nutritifs, ce qui a pour effet de ralentir l’érosion et le lessivage.

Si vous ne fabriquez pas votre propre compost, vous pouvez utiliser un compost commercial vendu en sacs. Épandez une épaisseur d’environ 5 cm (2 po) de compost sur la surface du sol de chacune des planches de culture de votre potager, ce qui correspond à deux ou trois sacs de compost de 38 litres par mètre carré. Vous devez ensuite incorporer le compost à la terre des planches. Une fois le compost bien mélangé au sol, le niveau final de chaque planche doit idéalement excéder la hauteur des allées d’environ 20 cm (8 po). Vous pouvez finalement aplanir la surface de chaque planche de culture et en compacter légèrement les côtés – qui seront en pente légère – à l’aide d’un râteau.

Quantités de chaux calcique ou dolomitique à apporter au sol
(La dose corrective est calculée en fonction d’augmenter le pH d’une unité, pour passer d’un pH de 5 à un pH de 6, par exemple)

Type de sol Dose corrective Dose d’entretien
Sol sableux 2,5 kg aux 10 m2 0,6 kg aux 10 m2
Terre brune 4 kg aux 10 m2 1 kg aux 10 m2
Sol argileux 5 kg aux 10 m2 1,2 kg aux 10 m2

 

 

Espacement des plantations

Le bon espacement des cultures indispensable au potager :

Quelle date planter (cédule semis/plantation/récolte)

ATTENTION SOYEZ PATIENT!

Quoi de plus décevant que de se réveiller le lendemain d’une nuit de gel de la fin mai (même en juin parfois!) et retrouver tous ses plants gelés!  Soyez patient!

Au pire, avant de mettre en pleine terre, mettez en pot et entrer dans un garage ou dans la maison les nuits trop froide.  Soyez patient!

Certains dirons d’attendre au moins 10 nuits de suite au-dessus de 15C.

Selon votre zone de rusticité, les dates peuvent être différentes.

Si vous acheter vos plants quelques semaines avant la plantation, vous pouvez les retransplanter dans de plus gros pots afin de ne pas ralentir leur croissance.

Région de Québec 5a

Région de Beauce 4b.

voici un lien pratique pour vous guider:   et calendrier-des-semis-jardinpro.pdf

 

Légumes Semis à l’intérieur Semis à l’extérieur Plantation à l’extérieur
Ail Octobre
Aubergine Mi-mars Début Juin
Bette à carde Début avril Début mai Mi-mai
Betterave Mi-mai
Brocoli Début avril Mi-mai
Carotte Fin avril ou début mai
Céleri Mi-mars Fin mai
Céleri-rave Mi-mars Fin mai
Cerise de terre Début avril Début juin
Chou chinois Début août
Chou de Bruxelles Début avril Mi-mai
Chou-fleur Début avril Mi-mai
Chou frisé
(kale)
Mi-mars Mai Début mai
Chou pommé Début avril Mi-mai
Chou-rave Fin avril Début mai Fin mai
Citrouille
et autres courges d’hiver
Début mai Début juin Début juin
Concombre Mi-mai Début juin Début juin
Courgette
et autres courges d’été
Début mai Début juin Début juin
Échalote française Début mai
Épinard Mi-avril
Haricots Fin mai
Laitue Mi-avril Début mai Fin mai
Maïs Fin mai
Melon Mi-avril à fin avril Début juin
Mesclun Début mai
Navet Début mai
Oignon Début mars Début mai
(oignon vert)
Début mai
Panais Mi-mai
Piment et poivron Mi-mars à fin mars Début juin
Poireau Début mars Début mai
Pois Fin avril ou début mai
Pomme de terre Mi-mai
Radis Fin avril ou début mai
Rutabaga Début juin
Tomate Fin mars à mi-avril Début juin
Tomatillo Fin avril Début juin